Kobus


Archives Asdikaa Rouina2003

! Deux Légendes de la Guerre de Libération … SI 
 Ah! Si ces arbres savaient parler comme dans les contes de fée pour nous révéler les grands secrets inavoués à ce jour; de l’histoire de la révolution Algérienne; secrets concernant cette zone particulière de l’Algérie, et de ses habitant
En effet, c’est devant ces 2 arbres et sous leur ombre que fut prise la décision fatale; celle de passer du mouvement politique à la lutte armée par les 31 héros de l’Os (organisation spéciale).En l’occurrence Benbella; Reguimi; Mohammed Maroc, Ait Ahmed, Yousfi, C’est, et tant d’autres valeureux guerriers sous la férule de Belhadj Djillali Abdelkader.Voir  Qui Est Kobus

Ces deux caroubiers appartenaient à la ferme de ce dernier, dans la région de Zeddine commune de Rouina(à cette époque), située à 160 Km à l’Ouest d’Alger

Cela se passait par un jour de décembre 1948. Le peuple Algérien venait de panser ses plaies du 8 Mai 1945, que Kobus (nom de guerre), de son vrai nom Belhadj Djillali Abdelkader originaire de Zeddine convaincra les membres d’Etat-major de l’OS de siéger leur réunion chez lui dans sa propre ferme pour décider de l’action armée. 

Ces militants qui appartenaient au parti MTLD-PPA et qui étaient indécis de l’avenir de leur mouvement devaient choisir entre participer au vote ou prendre les armes.  Ils devaient s’entraîner au maniement des armes, aux combats d’attaque et de riposte et toutes tactiques de guerre: chose que Kobus leur assura.  Car c’était un militant qui a grandi les armes à la main, fils d’un lieutenant de l’armée française, on l’appelait dans son Douar Oueld-el-fessiane (fils de l’officier).Une fois l’entraînement des soldats assuré; tous les membres, à l’unanimité optent pour la lutte armée; lutte qui va changer le destin des Algériens du néant à l’indépendance et la liberté. 

Cette décision est prise dans la ferme de Ould fessiane où l’on voit dans cette photo ses ruines. Et dire que ces dernières ont abrité les débuts de la révolution Algérienne ainsi les 31 Héros de l’Os (Voir Origine 1er Novembre 1954) qui par la suite ont pris les armes de la guerre qui a aboutit à l’indépendance de Notre Pays

Ces arbres relatent encore leur âmes et leur présence, il faut y mètre pour le savoir.  Ces décideurs de la lutte armée, qui par la suite vont devenir des chefs d’état et des hauts cadres et responsables sont tous passés par ces ruines sans valeur, désolées et désolants, voire même inaperçues. 

Ils ont été tous initiés à la manipulation des armes dans cette ferme, la plupart d’entre eux pour la première fois de leur vie

Voila ce qui reste de la caserne de Kobus où plus de 1600 soldats ont été formé ; ces mêmes soldats destines à combattre la rébellion vont par la suite des événements renforcer les rangs du maquis

  

C’est dans ces vieilles maisons, que les fondateurs et pères de la guerre d’Algérie se sont entraînés pour la première fois, pour engager une lutte qui va embraser toutes les casernes françaises avec un engagement de non retour

C’est pour cela que ces régions méritent des éloges ne serait ce qu’un respect et la reconnaissance des faits. Car qu’on le veuille ou non, cette ferme fait partie de l’histoire Algérienne et de la reprise de conscience du peuple et de sa bravoure.  N’est elle pas le berceau de la révolution?C’est ici que le président Benbella a reçu la première arme des mains de Belhadj;cette arme qui va faire l’objet du 1er attentat à Oran et donner un coup de boutoir à toute la suite de la révolution (Voir Journal Benbella) 

C’est en bas de cette photo qu’on voit la maison de Ould Fessiane dont les poteaux démolis. C’était là qu’il organisait son

armée, on racontait qu’elle se composait de plus 1500 soldats; tous entraînés par lui à l’art du combat, dans sa ferme où tous les membres de l’Etat-major ont été initiés par lui au combat, ils venaient de

toutes les régions

d’Algérie, ils les formait pour 1 semaine dans sa ferme, et qui eux mêmes par la suite, passaient à leur tour, leur savoir à d’autres soldats dans leurs régions respectives. C’est à Zeddine que fut le déclic d’une lutte armée. Chaque groupe de soldat passait une semaine d’instruction dans la ferme Kobus ,jusqu’au jour où on l’alerta que l’armée française était sur le point de faire un rapt chez lui,alors on changea le lieu de réunion et d’instruction vers Blida et là Belhadj voit tous ses rêves changer en cauchemars, mais il continua son rôle de N02 de l’OS à Blida où ils furent tous capturés par les services spéciaux français ; et là débuta ses malheurs ;car sous l’effet de la torture et des sévisses endurés, il reconnaît les faits de l’OS. Cette reconnaissance lui était fatale jusqu’a son dernier soupir où il rendit l’âme car c’était contraire au règlement
Cet homme,n02 de l’OS,le plus dur de tous, se voit écarté du peloton,redouté même et voit sa personnalité s’amenuir,d’où ses rapports avec ses collègues commençaient à se périclitée jusqu’a devenir conflictuels. Et là dieu seul sait, peut être! il a succombé aux avances des services spéciaux français.Qui peut rester insensible a la tentation sinon aux sarcasmes, ou peut être par vengeance de son humiliation. 

Déchu, révolté, Il créa l’ALN, une armée avec deux 2 drapeaux Français et Algériens pour combattre la rébellion Algérienne qui était officielle sous l’emblème du FLN.  Ainsi il signa son arrêt de mort. Il forma à coté de sa ferme la plus grande armée Algérienne sous direction française, et il mena plusieurs combats fratricides à ses collègues.  Le nombre de ses soldats était estimé à plus de 1600, tous armés par l’occupant français
Quel que soit ses intentions, à l’instar de ses prédécesseurs ; son assassinat déclencha un ras de marée de ses soldats qui ont rejoins le maquis le lendemain de son exécution, la guerre était acquise donc, car si l’esprit de la volonté était chez ses exécuteurs, il leur avait céder des vrais bras combatifs en la personne de ses soldats
Quel que soit la raison de son acte, en toute évidence, ses intentions étaient l’Algérie et la liberté.  N’oublions pas, les procèdes utilisées par l’une des meilleures armées du monde envers les algériens de cette époque.  On ne peut porter de jugements ni de position maintenant mais cette Algérie est bel et bien Libre et Indépendante et à jamais

L’une des maisons de Belhadj ou il grandit dans les armes, la seule activité qu’il manifesta jusqu’a la fin de ses jours c’était sa passion. On racontait que dés son plus jeune âge il ne montra aucun goût sauf pour le combat ce qui lui valut d’être à la tête de la fondation de la première armée Algérienne combattante et guerrière et N2 de l’Organisation spéciale et instructeur de soldats, Voire même dans sa ferme au risque de sa vie et celle de sa famille.  Il fallait le faire pour comprendre ensuite la déchéance et quelle déchéance 

On peut voir les deux chambres couvertes de tuiles qui devaient servir de prison, de part et d’autres de ces maisons il y avait l’infirmerie et la pharmacie.  Cette caserne depuis l’incident de Belhadj est, à ce jour, inhabitée comme hantée par son âme

 

 

 

C’est sur cette photo

   où on  voit cette roche que le sieur Belhadj a rendu son âme, il a servi d’exemple, non pas à ses soldats seulement mais à toute une région qui est restée consternée jusqu’à présent.  Rien qu’en évoquant le nom de Ould Fessian les gens ont la chair de poule 

Son cousin racontait avec regret qu’il était présent le jour de son ultime heure, il avait 12 ans; tous les soldats l’appelaient de son prénom car il leur rendait d’innombrables services d’après lui
Ce jour là 28 Avril 1958, Belhadj était assis devant son bureau qu’on peut voir démoli, en bas de la photo droite.  Il était accompagné de ses fidèles subordonnés en l’occurrence; de leur nom de guerre, Hamid, Madjid, el Maroki et Rachid.  Il leur tournait le dos et était devant la fenêtre .Son cousin racontait comme si cela date d’aujourd’hui, qu’il était dehors quand l’un des 4 subordonnés lui tira dans le dos.  Il affirma avoir vu Kobus, malgré grièvement blessé il a pu joindre sa voiture à coté de cette roche (photo de gauche) où on le rejoignit pour lui assener le coup fatal (ensuite faire de lui l’exemple le plus cruel jamais vu) ce qui poussa à l’insurrection de tous les soldats. 

Seule cette roche qui a goutté au sang de Belhadj renferme dans sa mémoire les derniers soupirs de la légende de ce dernier 

Malgré tous les dires qui courent sur le compte de ce dernier qu’elles indignent ou honorent. Cet homme était et demeure dans l’histoire de l’Algérie;le premier à encourager les moudjahidine a toucher des armes et les utiliser dans un seul but combattre pour l’ALGERIE.  Quoi qu’il fut; Voir Origines 1er Novembre il a participé a fonder l’OS, il a instruit les plus valeureux guerriers Ait Ahmed, Benbella, et autres, tout ça chez lui dans sa ferme pour la première fois dans l’histoire. Il a payé de sa vie.  C’est pourquoi, si ce n’est pas lui, sa région mérite une reconnaissance

Cette route semble mener nulle part, jadis était le sentier d’où a jaillit la première étincelle qui illuminera toute l’Algérie.  Demandons le à Benbella, Messali, Ait Ahmed, C’est et tous ces autres valeureux guerriers
En somme si Machiavel pensait que: »la fin justifié les moyens « dans une époque d’affrontement, et de guerre, vint ensuite Lenine pour dire que : Nulle révolution n’est reconnue si elle est en mesure de se défendre
A quand l’humanité ne saura ni l’une ni l’autre ? Albert Camus disait dans ce sens : Quand le meurtrier, et la victime auront disparu la communauté se fera sans eux. 

Et pour finir l’apôtre de la paix Alfred Nobel pensait que toutes les guerres menaient à une paix et que la vraie guerre du 21esiecle c’est la guerre surtout aux maladies incurables(sida,cancer,Parkinson), de la préservation de l’environnement(océans,fleuves,déchets nucléaires,l’ozone,co2 ,effet de serre), croissance démographique,famine,l’eau potable, crime organisé. 

Les faits mentionnés dans ce recueil nous ont été révélés par le cousin de Belhadj et les habitants de Zeddine – Rouina, et en se referant aussi au livre Les Origines du 1er Novembre et l’article Kobus, et le journal Ben Bella
Non sans oublier de signaler l’accueil des cousins de Belhadj et leur générosité, en effet ils nous ont ouvert leur coeurs et leurs bras.  Ils se sont sentis comme délivrés d’un lourd fardeau en nous racontant cette légende.

2016 –  J’ai jugé utile d’ajouter ces 2 commentaires recueillis d’un article traitant le même-sujet http://www.vitaminedz.org/biographie-de-belhadj-el-djilali-abdelkader/Articles_16236_55523_44_1.html  ⊃


Numéro commentaire : 7896
Ville : alger
Pays : Algérie
Date : 31/10/2010
Message : je suis la petite fille de kobus et non pas cobus, et permettez moi de vous dire que vous récitez bien ce qu’on vous a appris à l’école car ce que vous dites et du pure mensonges, les morts ne sont plus là pour se défendre malheureusement. arrêtez de le traiter de harkis, pour votre information, suite à son assassinat, son fils aînés a rejoint les rend des moudjahidine et il est mort chahid nul ne sait où il a était enterré, ne venait pas me dire que c’est le fils d’un harkis.. kobus a été abandonné par ses compagnons quand ils ont été libéré de prison, pourquoi l’a t’on laissé là?, pourquoi eux et pas lui?, comment ils ont réussi à sortir?, pourquoi ne pas se poser les vraies questions au lieu de réitérer ce qui a déjà été dit par les autres?, ceux qui ont réécrit l’histoire de l’Algérie.Un jour la vérité triomphera mais pas par les dires de faux moudjahidine qui ont falsifié des papiers pour bénéficier des avantages offert par le ministère des moudjahidine. le peuple algérien a subi la guerre, il a indirectement ou directement participé dans cette guerre, il doit cependant bénéficier des même avantages que les autres mais hélas, la vérité est ailleurs. j’ai juste un souhait, qu’on arrête de parler des morts et qu’on les laisse reposer en paix. je fini mon message en adressant un conseil à la ou le journaliste qui a écrit ces mots, ils faut bien faire ses recherches avant de publier n’importe quoi car vous étés responsable de transmettre la vérité et non pas des on dit.


Numéro commentaire : 2944
Posté par : benmoussa Mohamed
Profession : san profession
Ville : ghmour ghraba
Date : 01/04/2009
Message : Nous somme la nouvelle génération de ce pays, nous voulons connaître la vérité et notre histoire, mais le problème nous avons détectés qu’il y a plein de mensonge, on voit que ELHARKA. Alors où est notre vérité et qui va nous dit cette vérité. ( FILS D’UN ALGERIAN GHMOURI 1000/100 ALGERIEN).

 

اترك رد أو اثراء للموضوع